mardi 1 juin 2021

En ces temps de confinement, y-aurait-il plus d’auteurs que de lecteurs ?

 Jamais en bientôt 30 ans d’activités éditoriales, la revue Harfang n’avait reçu autant de textes… 

Dans un premier temps, les membres du comité de lecture se sont d’abord réjouis de cet intérêt pour la nouvelle… mais dans un deuxième temps, ils en sont réduits à sélectionner des textes qui ne seront publiés dans Harfang qu’en mai ou novembre 2022 !

En même temps nous pourrions nous réjouir d’avoir assez de contenu pour envisager de passer à un rythme trimestriel… mais les moyens financiers ne suivent pas ! Tout simplement parce que si ces derniers mois les envois ont bien été multipliés par deux et plus, les ventes et les (ré)abonnements ont été divisés par deux dans le même temps !

Serait-ce que paradoxalement, en ces temps de confinement, il y a plus d’auteurs de nouvelles que de lecteurs ?

Serait-ce oublier qu’une publication ne peut exister que s’il  y a des lecteurs, c’est-à-dire des acheteurs.


Dans l’immédiat, devant cette situation, le comité de lecture surchargé est contraint de demander à tous les nouvellistes de suspendre leurs envois de textes pendant les mois à venir.

D’ici là, nous vous souhaitons de bonnes lectures estivales, notamment de nouvelles… dans Harfang de préférence !